Vendredi 05 avril, on était à l’Aéronef pour le concert (très) attendu d’Alice et Moi 💗! Et sincèrement, j’aurai adoré pouvoir te dire que ce concert était un super concert…

En créant ARTY, on s’était promis de ne jamais être vilain dans nos mots car on ne se sentait absolument pas légitime de descendre tout un projet artistique sur la base d’un seul concert. Et jusqu’ici, on a toujours eu beaucoup de chances puisque tous les concerts auxquels on a assisté ont toujours clairement fait le taff – ce qui nous a évité la pénible phase de questionnement ‘Ok c’était pas top, on dit ça comment ?’. Mais, malheureusement (ou heureusement), on s’était aussi promis de ne jamais faire dans la langue de bois.

Alors, vraiment so désolé de ouf malade Alice (pcq jtm de ouf quand même en vrai) mais ce report ne va sûrement pas te plaire (enfin, si tu le lis un jour) 😥

Avant que tu ne poursuives ta lecture, il faut vraiment que tu saches que je suis absolument dingue d’Alice et Moi. Découverte par total hasard l’année dernière (sous les très chaudes recommandations d’une fervente amatrice de concerts – rencontrée grâce à ARTY et qu’on adore 💕), notre première rencontre avec Alice remonte donc à sa first venue à Lille, en première partie du groupe Feu! Chatterton. Si ce soir-là, c’est un show timide mais largement efficace qu’Alice et Moi offre à ses quelques addicts qui semblaient être déjà plutôt nombreux, il n’en fallait pas plus pour que s’embrase mon intérêt pour son projet.

Et quel projet ! Car Alice et Moi c’est tout d’abord une vraie artiste débordante de talent. Armée de deux EP aux morceaux enivrants où les mots se mêlent et se démêlent sans cesse pour exprimer sa vision contemplative, singulière et onirique de l’amour, des relations humaines et de son ambition ardente, elle façonne un univers résolument pop qui ne mâche ni ses mots, ni ses intentions. Alice et Moi est donc une femme terriblement indépendante et combattive (elle est tout de même porteuse de son projet de bout en bout) avec toutefois une âme qui reste douce et enfantine (celle qui n’aurait pas encore été totalement corrompue par ce monde, tu vois les bails ? 😣). Et c’est ça qu’on adore de ouf 🤩

DONC. Après toute cette dégoulinade de compliments, tu te demandes sûrement comment était-il possible que ce show soit un loupé ? Je t’avoue qu’on se pose aussi encore la question.

Bon, on va clairement t’épargner les petits soucis techniques du concert qui n’ont fait qu’accentuer notre ressenti aussi peu enthousiaste, ça n’apporterait au final pas grand chose d’intéressant à cette lecture. Ce qu’on peut te dire en revanche, c’est que bien que tu sentes clairement une réelle authenticité et sincérité dans sa démarche, on ressent surtout un réel manque d’assurance de la part d’Alice sur scène et un vrai manque d’osmose et de cohérence entre ses musiciens et elle (mention à la guitare ultra aigue qui faisait pleurer les tympans). Un peu comme si le show n’était pas encore tout à fait au point, pas tout à fait calibré. Alors oui, en live, il y a toujours des points négatifs parmi les positifs (on a quand même dansé comme des biatches sur son hit ‘Je Veux Sortir Avec Un Rappeur’ et ça c’était très cool) mais cette fois-ci, la partie négative a été malheureusement suffisamment présente pour qu’on ne puisse pas l’occulter.. Et du coup, pour moi qui attendait ce concert comme on attend Noël (et surtout les cadeaux 🎁), ça m’a réellement fait l’effet d’un pétard mouillé. Bourré de promesses, mais vraiment peu concluant sur scène.

(Merde, je termine d’écrire tout ça et je suis vraiment pas bien. Je me dis olalalala putain t’as dit des trucs horriblement méchants sur une artiste que t’apprécies et tout. Je m’en remets vraiment pas 😅)

Des kiss sucrés la fanbase 😜💗

Photos © Noémie Danjou
Rédaction Julien Drot

 #ARTY_L81