Si tu as fait partie de ce monde cette année, tu as probablement du t’apercevoir que les bruxellois étaient plutôt chauds côté musique. Alors que pas mal d’artistes plutôt cool déboulent un peu partout depuis la capitale belge (Juicy, Sonnfjord, Ulysse etc.), on retrouve, au premier plan, la chanteuse Angèle qui ne cesse d’emballer le public et les médias partout où elle fait résonner ses mélodies douces amères 🥀

Avec seulement 3 morceaux en ligne (🌧👁💸) – dont 3 succès colossaux – et un album prévu début octobre, la jeune artiste est déjà programmée sur tous les festivals franco-belges aux côtés des plus grands.

Mais bien avant toute cette effervescence festivalière, on a eu la chance de la voir au Splendid de Lille. Date qui semblait, selon ses confessions sur scène, assez symbolique pour elle qui, l’année passée (bien avant que ne débute son incroyable success story), aurait été programmée en ouverture d’un artiste et où le public n’était pas forcément au rendez-vous.

Un an plus tard, celle qui chante ses mésaventures et sa poisse légendaire dans son hit single ‘La Loi de Murphy‘ se retrouve face à une salle pleine et dégoulinante d’un public qui connaissait ses morceaux par coeur (et à notre méga surprise, même les morceaux non sortis étaient déjà bien ancrés dans la tête des gens). Gorgé d’une énergie et d’une folie qui semble sans limite, son live se veut dynamique, enivrant et carrément trop cool. Un live porté par les morceaux qui ont fait son succès et les petits inédits qui seront très certainement des immenses tubes dès leur sortie (on mise tout sur ‘Les Matins‘, sur ‘La Flemme‘ et un autre où elle chante un truc genre ‘Whooo the helll do you think you areeeeee‘ mais on connaît pas le titre de celui-ci). Sans parler de sa reprise vaporeuse du titre ‘Bruxelles‘ de Dick Annegarn qui plonge la salle dans une mélancolie d’une beauté rare ❤️

Un vrai sans fautes pour celle que l’on s’autorise à qualifier de ‘Princesse de la Pop‘ 👸 !

➖ Seul bémol, les 4 pouffes d’au moins 35 ans qui critiquaient la ‘niaiserie’ des paroles et l’aura divine d’Angèle, avant de finir par chanter à tue-tête La Loi de Murphy en se dandinant comme les gens du 62 le font. Mesdames, vous étiez laides de l’intérieur (et c’est vraiment parce que comme je suis corporate, je peux pas parler de l’extérieur ici) et probablement rongées par des programmes comme les Reines du Shopping. Angèle, c’est doux, amer, cruellement actuel et tendrement générationnel. Get used to it 🙄

Voici donc des photos qui n’ont pas des années, mais quand même quelques mois 📸💜  ↓

Photos © Noémie Danjou
Rédaction Julien Drot

 #ARTY_L68