Ce que l’on aime beaucoup à Beauregard, c’est l’idyllique convivialité des personnes présentes sur place et la féerie bohème des lieux. Le temps d’un week-end (4 jours, soit très un gros week-end), le domaine de Beauregard, lieu-dit du légendaire John, qui sert d’hôte fictif au festival, se transforme en espace hors du temps où seul l’amour de la musique et du partage transpire par tous les pores de chaque chose qui peut transpirer présente sur les lieux 💧

Et en parlant de musique, ce qui est vraiment vraiment dingue à Beauregard c’est l’éclectisme de la programmation. De The Offspring à Nekfeu, on en trouve pour tous les goûts et pour toutes les générations. Ainsi, sur ce site où trône l’iconique château de Beauregard – résidence du fameux John – on peut y voir des petits papis, venus voir Julien Clerc, accompagner leurs petits enfants au concert frénésique d’Orelsan. Et inversement, of course 💫

➖ Un peu lassé de la division habituelle de nos reports de festivals (qui se faisait par jour), on a décidé d’opter pour tout autre chose. Ainsi, dans ce premier article, on parlera des artistes qu’on a qualifié de ‘cultes’. Dans le sens où leur réputation n’est plus à faire et aussi dans le sens où ils existent depuis suffisamment d’années pour qu’ils soient limite entrés dans le domaine public ➖

MGMT


JACK WHITE

Plutôt rare sur les festivals français, Jack White était pourtant de la (birthday) party à Beauregard. Ancien leader des White Stripes, illustre musicien et légende du rock, c’est avec son 3ème album solo (et ses tubes ultra connus, bien évidemment) qu’il déboule sur scène avec toute la fougue animale et la folie qu’on lui connaît et qui font de lui une véritable icône adulée par tous. Et après une heure de concert endiablée, c’est à gros coups de riffs caliente que ‘Seven Nation Army’ démarre, propulsant alors le public tout droit dans le meilleur des années 2000. Une session diaboliquement nostalgique qui fait du bien !


SIMPLE MINDS


THE OFFSPRING

 


SOULWAX

Sous les très très chaudes recommandations de notre copain Charles, on est allé voir Soulwax. Et si au début, on y allait presque à reculons, je dois dire que olalalala on a tellement bien fait de se forcer. Parce qu’en vrai, c’était ouf et dingue. Une scénographie complètement improbable et dingue, une atmosphère un peu crazy old labo et une harmonie trop cool des instruments qui font résonner une musique diaboliquement entêtante.


MACKLEMORE

Comme tout le monde, on connaît les tubes ‘Thrift Shop‘ et ‘Can’t Hold Us’ quasi par coeur. Et comme tous les festivaliers ce soir-là, on était aux pieds de la Main Stage pour voir Macklemore se dandiner sur scène. Et sans grande surprise, son show est incroyablement… américain. Calibré à la perfection avec des éléments de déco qui t’en jettent partout dans les yeux, le show s’enchaîne à un rythme effreiné. Il ponctue ses morceaux par de longs discours pour encourager tout le monde à vivre dans un monde peace&love et quelques ‘wooooow you’re the best crowd ever‘ qui ont un léger goût de déjà vu.

Enfin bref, c’était vraiment super trop cool. On a dansé comme si on était possédé par John Travolta et on a chanté comme si on avait bouffé Armande Altaï (petite réf aux vrais), mais bon.

Photos © Noémie Danjou
Rédaction Julien Drot

 #ARTY_L71