L’autre soir, alors que les journées ensoleillées auxquelles on s’était (un peu trop) vite habitué commençaient déjà à se faire la malle, on s’est de nouveau rendu à l’Aéronef pour assister aux concerts de Rendez Vous, Boy Harsher et Kontravoid…

KONTRAVOID

BOY HARSHER

Avec leurs sonorités très rock-électro, teintées de synthpop un peu dark, c’est au tour de Boy Harsher de faire résonner sa voix dans l’enceinte de l’Aéronef (on devrait réellement compter le nombre de fois où on a écrit Aéronef dans nos reports bordel). Fort d’une identité visuelle et musicale immersive et langoureuse, c’est avec leur second album ‘Carefulque le duo du Massachusetts (on est d’acc, quand tu sais que des gens viennent de L.A ça fait plus sex. Là c’est sûr que c’est moins bandant mais bon) capture les cœurs des petits lillois présents ce soir-là (et ils étaient beaucoup). Au final, ce live c’était un peu comme se laisser séduire par une force obscure qui t’encercle doucement avant de laisser ton corps basculer sur des boum boum dans un monde parallèle d’une mysticité irrésistible 💫

RENDEZ VOUS

Groupe de rock parisien aux influences plutôt cold wave, Rendez Vous est finalement venu prendre possession du club de l’Aéronef afin de défendre son tout premier album ‘Superior State‘ (porté par le titre ‘Sentimental Animal » qu’on adore pas mal ici). On va vraiment t’éviter trop de blabla les concernant puisqu’on a eu l’occasion d’accompagner Charles, notre petit crush sexy (qui travaille pour la Vague Parallèle) dans les backstages pour une interview ! Du coup, on te partagera son compte-rendu dès qu’il le postera parce qu’en vrai on s’est dit que les gars du groupe ne pourraient parler d’eux que terriblement mieux que nous, tu vois ? 😋

Côté live, on peut clairement dire que c’était une vraie vraie boule de nerfs. Un peu comme une force frénésique qui te happe de force et qui te donne l’envie de te secouer comme un truc qui se secoue très fort et dans tous les sens, tu sens une réelle cohésion entre Rendez Vous et son public qui bouillonne sous chaque morceau. Pour te dire, on a même carrément eu du mal à s’approcher de la scène pour faire des photos cool parce que, tu connais les bails, quand les lillois se lancent dans les pogos, c’est violent, mouvant et pire qu’une orgie greco-romaine de masochistes en forme 🤓

Photos © Noémie Danjou
Rédaction Julien Drot

 #ARTY_L78